Vous vous posez des questions, surtout celle-ci :

Par quel bout je commence ?

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez adhéré à l’OCCE, donc vous avez fait le premier pas.

Sinon, voyez comment créer une coopérative scolaire en appelant l’association départementale.

Organiser les structures

Après la création de la coopérative par adhésion à l’association, l’étape suivante est d’organiser les structures de la coopérative.

— > Toute coopérative scolaire comprend un bureau élève élu “président/trésorier/secrétaire” dont la composition varie en fonction des caractéristiques propres à chaque école. Une coopérative de classe unique n’aura pas la même organisation qu’une école à 6 classes. Dans cette dernière, on pourra prévoir, par exemple que chaque classe élise des délégués en plus des responsables-élèves-élus du bureau pour former un conseil de coopérative...

— > Toute coopérative détient un ensemble de documents officiels :

- un règlement de coopérative (établi avec les élèves de préférence)

- un cahier de décisions, dans lequel le secrétaire note ce qui a été dit, décidé, en réunion de coopérative

- un cahier d’inventaire, dans lequel sont notés les biens appartenant à la coopérative

Attention, ce que la coopérative achète appartient à la coopérative (livres, matériel,...) et ce que l’école achète appartient à la commune.

Rappelons également que la mairie n’a pas le droit de subventionner la coopérative pour qu’elle achète les fournitures scolaires.

- un cahier de comptabilité dans lequel vous devez garder des justificatifs (factures, bilans,...) pendant plusieurs années. Aujourd’hui, la gestion de la comptabilité se fait directement en ligne par le logiciel Retkoop.

Ces documents sont tenus à jour par les élèves élus avec l’aide des enseignants.

Le fonctionnement

Ce qui précède constitue les rails sur lesquels vous allez lancer la loco-opérative.

Il n’y a pas deux enseignants identiques, et donc peu de chance que votre organisation soit la même que celle de votre voisin.

Malgré leurs différences, toutes ont cependant des points communs qu’on pourrait qualifier de “basiques”.

Un processus coopératif ne peut exister que s’il y a un moment réservé à la discussion entre les membres de la coopérative. C’est ce qu’on appelle :

“conseil coopératif” ou "conseil de coopération" ou "réunion de coopérative"

Souvent hebdomadaire, parfois quotidien ou bi-hebdomadaire ou ..., le conseil coopératif est le moment où l’on va débattre de la vie de la coopé, de la classe, de l’école :

- problèmes et solutions (règles de vie)

- projets

- organisation

- travail scolaire, apprentissages

Il n’y a pas de sujet prohibé, au contraire, c’est avec les élèves, en les responsabilisant, en leur donnant la parole, que nous améliorons le fonctionnement de l’école et que nous les formons à une citoyenneté active.

Pas simple ?

oui et non !

Certes, si on ne fait rien, .... vous connaissez la suite. Il est sûr qu’au début, on tâtonne, comme dans toute organisation nouvelle. Mais de la même manière que vous avez réussi à bâtir un emploi du temps et à “faire classe”, vous réussirez à “vivre la coopé”.

Le conseil coopératif

Pour vous aider, voici quelques conseils à suivre et quelques écueils à éviter :

- le conseil peut avoir lieu ailleurs que dans la classe (BCD, salle de motricité,....)

- tous les participants doivent se voir : adopter une formation circulaire ou en amphithéâtre

- adopter un rituel, toujours le même. Ceci permet de bien fixer les attentes, attitudes (ex : lecture de l’ordre du jour, ordre des sujets...).

- adopter un dispositif de prise de parole précis (ainsi que le rappel du président)

- exiger une écoute parfaite, sérieuse.

- prévoir un ordre du jour.

- Ne pas donner au conseil un statut factice : ce qui y est débattu doit vraiment concerner le travail et la vie de la classe.

- commencer le conseil en demandant au secrétaire de lire les conclusions de la précédente réunion et éventuellement au trésorier de faire un “point financier”

- ne pas renoncer trop vite : vous n’avez pas l’habitude du conseil , les élèves non plus. Au début, ils sont tout surpris de cette liberté nouvelle et ne la maîtrisent pas.

- Éviter de transformer le conseil en tribunal : traiter les problèmes, oui, en débattre, évidemment, mais éviter les mises en accusations stériles : un problème rencontré doit trouver sa solution dans une règle de vie mise au point avec les enfants.

- Respecter les engagements pris : si l’enseignant se trouve des (fausses) excuses pour ne pas programmer la réunion ou ne pas faire ce à quoi il s’est engagé, comment voulez-vous que les élèves le respectent et aient confiance ?

- Ne pas monopoliser la parole. Le conseil qui peut être animé par l’enseignant au début, doit être conduit par un président de séance enfant. Ne vous inquiétez pas, ils y arrivent très vite.

- Noter les décisions (verba volent). Le recours au cahier est ainsi possible pendant le reste du temps. (NB certaines classes utilisent le TBI, ainsi tous les coopérateurs voient l’écrit).

- Le conseil doit se tenir pendant les heures de cours car il s’agit d’un travail important : apprentissage de l’oral, de la vie sociale, éducation civique,... le conseil coopératif est tout cela.

Et après

Progressivement, vous constaterez un changement dans le comportement des enfants. Évidemment, ils ne deviendront pas parfaits du jour au lendemain.. ; D’ailleurs, nous-même, le sommes-nous ?

Par contre, ils deviendront exigeants sur le sérieux de l’entreprise et seront motivés. En commençant modestement, en persistant dans la voie de la coopération, vous serez sans doute amené à réfléchir sur le statut que vous conférez à l’élève. Il ne sera pas possible de le considérer comme un simple objet d’enseignement, mais comme un acteur de ses apprentissages. Alors se posera le problème de votre organisation pédagogique. Comment développer la coopération dans le travail, comment les rendre autonomes, responsables, ... ?

En commençant par le conseil de coopérative, on met un pied facilement dans la pédagogie coopérative.

Comment aller plus loin ?

Allez voir à Pédagogie, vous y trouverez des ressources très utiles.